MOLLY A. GREENE
Defections
July 3 - 31, 2021

The Julien Cadet Gallery is pleased to present Molly Greene's first solo exhibition in France. For the past few years, the American artist has been questioning the standards by which we define the world around us:

 

"I’ve been generally thinking about creating objects that are ontological failures; entities that fail to fall neatly into a single category or entities that disturb the viewer's impulse to taxonomize."

 

Her paintings are filled with "objects" that do not match what we expect them to be. They seem to be imbued with nature but are not really recognizable. Those that could be considered plants are remarkably formalised and often symmetrical, giving them an unusual dogmatic dimension. These abstract forms, which look botanical or organic, occupy almost the entire canvas, imposing their self-sufficient presence in a timeless space.

 

The main subjects that dominate the canvases are infused with worlds imagined by Greene, displaying alien forms that are unattached to anything and floating in an undefined dimension. The artist's influences are varied and may come from animated films such as Suzan Pitt's film Asparagus, René Laloux's La Planète Sauvage, the films of Studio Ghibli or the work of the Outsider Artist Anna Zemankova who "grew flowers that don't grow anywhere else".

 

Greene's works create a vibrant and hypnotic atmosphere in which the thin, diffuse layers of paint blend and merge into a highly recognisable pastel palette. These powdery waves of colour suspend time; they dissolve the fixed structure of the objects and exacerbate the artist's cherished sense of ambiguity. Uncertainty then condemns the precise description of these forms, which remain free and not limited by thought.

 

Molly Greene's fundamental preoccupations, taxonomy and ontology, deal respectively with the description in the natural sciences of the diversity of living organisms and the study in philosophy of the beings themselves, their existence, their possibility, their becoming. The title of the exhibition, Defections, emphasises the desire to escape from all categories and classifications. The exhibition thus invites us to wander through another world, a nature reserve whose entities do not follow the rules imposed by our rational minds.

 

Molly A. Greene is an American artist born in 1986 in Cornwall, Vermont. She now lives and works in Los Angeles, CA. She spent ten years studying before turning to art. In 2013, she received her MESc in Environmental Science from Yale University. In 2019 she completed her PhD in American Studies at Yale University. During her many years of study, she tackles various topics such as gender and sexuality, post-humanism or animal studies, among others. She started exhibiting her work as an artist in 2018 in the United States.

© Courtesy of Molly A. Greene and Galerie Julien Cadet

© Credits photo: Thomas Marroni

La galerie Julien Cadet est heureuse de présenter la première exposition personnelle de Molly Greene en France. Depuis quelques années, l’artiste américaine questionne les normes selon lesquelles nous définissons le monde qui nous entoure :

 

« Je pense généralement à créer des objets qui sont des échecs ontologiques ; des entités qui ne tombent pas parfaitement dans une seule catégorie ou qui perturbent l'impulsion du spectateur à taxonomiser. »

 

Ses peintures sont peuplées d’« objets » qui ne correspondent pas à ce que l’on attend d’eux. Ils semblent empreints de la nature mais ne sont pourtant pas vraiment reconnaissables. Ceux qui pourraient s’assimiler à des plantes sont remarquablement formalisés et bien souvent symétriques, ce qui leur donne une dimension dogmatique tout à fait inhabituelle. Ces formes abstraites, que l’on croirait botaniques ou organiques, occupent la quasi-totalité de la toile, imposant ainsi leur présence auto-suffisante dans un espace hors du temps.

 

Les sujets principaux qui dominent les toiles sont insufflés de mondes imaginés par Greene, arborant des formes extra-terrestres ne s’attachant à rien et flottantes dans une dimension indéfinie. Les influences de l’artiste sont variées et peuvent provenir de dessins animés comme le film Asparagus de Suzan Pitt, La Planète Sauvage de René Laloux, des films du studio Ghibli ou du travail de l’artiste d’art brut Anna Zemankova qui « faisait pousser des fleurs qui ne poussent nulle part ailleurs ».

 

Les œuvres de Greene font naître une atmosphère vibrante et hypnotisante dans laquelle les fines couches diffuses de peinture se fondent et se confondent dans une palette très reconnaissable aux couleurs pastel. Ces ondes colorées et poudrées suspendent le temps ; elles dissolvent la structure fixe des objets et exacerbent la sensation d'ambiguïté chère à l’artiste. L’incertitude condamne alors la description précise de ces formes qui restent libres et non limitées par la pensée.

 

Préoccupations fondamentales de Molly Greene, la taxonomie et l’ontologie abordent respectivement la description en sciences naturelles de la diversité des organismes vivants et l’étude en philosophie des êtres eux-mêmes, leur existence, leur possibilité, leur devenir. Le titre de l’exposition, Defections, insiste sur le souhait de s’extraire de toute catégorie, de toute classification. L’exposition invite ainsi à se promener dans un monde d’ailleurs, dans une réserve naturelle dont les entités ne suivent pas les règles imposées par notre monde rationnel.

 

Molly A. Greene est une artiste américaine née en 1986 à Cornwall, Vermont. Elle vit et travaille aujourd’hui à Los Angeles, CA. Dix années durant, elle fait des études supérieures avant de se tourner vers l’art. En 2013, elle obtient un Master en Sciences de l’Environnement à l’Université de Yale. En 2019 elle termine son doctorat en Études Américaines à l’Université de Yale. Au cours de ses nombreuses années d’études, elle aborde divers sujets comme, entre autres, les questions du genre et de la sexualité, le post humanisme ou l’étude des animaux. Elle a commencé à exposer son travail en tant qu’artiste en 2018 aux États-Unis.