© 2019 by Galerie Julien Cadet

info@galeriejuliencadet.com

NU DIGITAL, 2018

Brandon Lipchik
Solo show

In continuity with The Garden, presented in Brooklyn last February, this first exhibition of Brandon Lipchik in France deals with the male nude by an astonishing use of the digital language and "digital" in the literal sense.

Man appears uninhibited, distancing himself from the concept of the ideal man whose origins date back to antiquity but the permanence is quite disturbing.

The work of Lipchik does not intend to portray the man as a god, hero or invulnerable soldier. By taking ownership of the original representations of man, his paintings are intended to reveal his nature publicly. If postures and certain attractions and his characters are deliberately evocative, the details he affixed by small marks, painting or material, recall the actuality of the subject.

Lipchik invites the public to immerse themselves in the intimacy of these ordinary men. Here, the male nude exposes himself freely. Without questioning its importance, the colors used and the perfect approximation of features allow us to approach this societal theme with lightness, as is done systematically in Lipchik’s work.

Lipchik works in several steps. Preparatory work done on the computer emanates a pictorial representation, which helps him to overcome the characteristic of the digital plot. Through the addition of materials and controlled shadows, he reconstructs the supposed flat digital image as reference to his paintings.

                                                                                                                                                 L.L.

 

Dans la continuité de The Garden, présentée à Brooklyn en février dernier, cette première exposition de Brandon Lipchik en France traite du nu masculin par une utilisation étonnante du langage numérique et « digital » au sens littéral.

L’homme y apparaît décomplexé, prenant ses distances avec le concept de l’homme idéal dont les origines remontent à l’Antiquité mais la permanence est assez troublante.

Le travail de Brandon Lipchik n’a pas l’intention de dépeindre l’homme qu’en dieu, héros ou invulnérable soldat. En s’appropriant les représentations originelles de l’homme, ses peintures ont vocation à  révéler publiquement sa nature. Si les postures et certains attraits de ses personnages sont volontairement évocateurs, les détails qu’il appose par petites touches, de peinture ou de matière, rappellent l’actualité du sujet abordé. 

Brandon Lipchik invite ainsi le public à se plonger dans l’intimité de ces hommes ordinaires. Ici, le nu masculin s’expose librement. Sans pour autant remettre en cause son importance, les couleurs utilisées et la parfaite approximation des traits permettent d’aborder ce thème sociétal avec légèreté, comme s’emploie à le faire systématiquement Brandon Lipchik dans son travail.

Brandon Lipchik travaille en plusieurs temps. De ses travaux préparatoires réalisés à l’ordinateur émane une représentation picturale, qui l’aide à s’affranchir de la caractéristique du tracé numérique. Par l’ajout de matières et des jeux d’ombre très maîtrisés, il tranche ensuite définitivement avec l’aplat censé définir les images numériques.

                                                                                                                                                L.L.